Cantique des tourterelles

Au début, je n’ai pas remarqué la beauté de Mélodie. Elle ne se percevait pas d’emblée. Elle ne foudroyait pas. Elle prenait possession de manière progressive avant de s’imposer comme l’empreinte d’un baiser sur des lèvres coupables. Étrange beauté, soulignée par des yeux dont l’ardeur contrastait avec l’aspect voilé des regards. Pas de maquillage. Pas de bijoux. Un parfum discret. Malgré tant de sobriété, il émanait d’elle un magnétisme dont j’ignorais le pourquoi. C’était une femme-piège comme il existe des plantes carnivores…

Ainsi parle la sage Aurore, dont Jérôme, impuissant, observe la métamorphose. Car Aurore est soumise à l’attraction d’un astre plus puissant. Et cet astre est féminin. L’irruption de ce curieux amour menace d’ensevelir ce qui fut l’histoire d’un couple…

Dans la langue poétique qu’on lui connaît, Ernest Pépin célèbre l’amour de deux femmes. Un Cantique des cantiques créole, qui est aussi un hymne à la liberté des corps et à la condition féminine.

Commander ce livre
Commander ce livre

Natural woman

Dans ce roman du désordre amoureux, Yôko, la narratrice, a dix-neuf ans, et ses relations passionnées avec les femmes ressemblent aux mangas qu’elle dessine dans des revues underground.

Le coeur y est à vif et les corps s’y ouvrent avec douceur, excès et cruauté. Le récit découpe trois moments dans la vie de Yôko, trois expériences érotiques et amoureuses troublantes où l’autre la révèle à elle-même.

Matsuura, dans un style minutieux et cru, décrit des femmes qui s’observent, se désirent, luttent entre elles, convergent vers une union et une identité ardemment recherchées.

Commander ce livre
Commander ce livre

« Le Rendez-vous du 29 février », l’avez-vous lu ?

L’espace d’une journée, nous partageons les rêveries de Jeanne tout au long d’un périple en banlieue parisienne (la Nonantie) qui nous entraîne avec elle dans les couches géologiques de sa propre histoire qui lui reviennent en mémoire par bouffées, à mesure que les mégots emplissent le cendrier de sa voiture.

Ces évocations tantôt drôles et coquines (ou comment Jeanne, jeune femme encore bourgeoise, découvre l’amour au féminin dans les bras d’une jeune « blousonne noire » et les galipettes qui s’ensuivirent), tantôt mélancoliques ou amères, nous décrivent par petites touches son passé, tout proche ou lointain, heureux ou malheureux, qui se mêle à ses humeurs du présent.

Commander ce livre
Commander ce livre